Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Nouvelle Ève et nouvelle Arche d’Alliance, Marie est une humble servante et pauvre devant Dieu. Marie formula  le Magnificat qui est un cantique est objectivement révolutionnaire. Il évoque un renversement social des pyramides humaines et structures d’injustice. C’est pourquoi il fait peur aux puissants de ce monde et Hérode l’aurait censuré s’il avait entendu. Dans le cadre du Magnificat,  il ne s’agit pas d’une révolution politicienne des hommes, mais de la révolution de Dieu. La révolution de Dieu, qu’elle chante, n’est pas haineuse, mais pénétrée de paix. Elle est promotion de tous au détachement, à la dignité des pauvres, à l’union avec Dieu. Mais Marie ne met pas les pauvres sur le trône d’où Dieu a renversé les puissants. Sa perspective n’est point revancharde, la révolution de Dieu rétablit la justice, l’équité et la vérité. Le but du Magnificat est la victoire de Dieu tout puissant et l’humiliation des ennemis.

La force justicière de Dieu s’exerce contre ceux qui tiennent le haut du pavé en ce monde comme les orgueilleux, les puissants et  les riches. Les orgueilleux se gonflent, se donnent des apparences supérieures à ce qu’ils sont. Les puissants seront déposés de leurs trônes et Dieu élèvera les pauvres. C’est ici que surgit, de manière surprenante, la partie révolutionnaire du Magnificat, le renversement de l’ordre injuste de ce monde. Pour les riches opposés aux affamés, le renversement de situation est encore plus accentué. Dieu leur reproche d’ignorer les pauvres de les exploiter et de les opprimer.

Dieu disperse les orgueilleux par les pensées mêmes de leurs cœurs car  tout mauvais système comporte en lui les principes de son autodestruction. C’est le thème de l’arroseur arrosé. Dieu déjoue les desseins des astucieux incapables de mener à bien leurs intrigues. Il prend les sages au PIÈGE de leurs propres ASTUCES (Jb 5, 12-13, repris en 1 Co 3, 19). La formidable épopée d’Hitler, puissant s’il en fut, en armée et fanatisation de son peuple, s’est écroulée par ses excès mêmes. Nombre d’ambitieux se sont perdus par leur mégalomanie. Dieu ne les a pas foudroyés, mais leur projet impossible s’est autodétruit. Le cœur, abandonné à ses désirs élémentaires et aux tentations de Satan, se perd souvent par ses propres calculs. C’est la leçon du Magnificat, « la justice immanente » qui se réalise selon l’ordre interne et la logique des réalités. En renversant les puissants, Dieu les libère de leurs vaines illusions et les promeut à la dignité des pauvres, sans que cette dernière modalité soit formellement précisée dans le cantique. Cet abaissement des ennemis d’Israël, Dieu l’accomplit aussi pour les pécheurs de son peuple même (Is 3, 8, 17, 26 ; 29, 4 ; Lm 1, 5, 8, 12 ; 2, 5, 17, 21 ; 3, 32-34 ; et souvent dans les psaumes).

Mais Marie ne met pas les pauvres sur le trône d’où Dieu a renversé les puissants. Sa perspective n’est point revancharde. Ce n’est pas la révolution des hommes, mais la révolution de Dieu, qui rétablit la justice, l’équité et la vérité. En renversant les puissants, il les libère de leurs vaines illusions et les promeut à la dignité des pauvres, sans que cette dernière modalité soit formellement précisée dans le cantique. Le Magnificat prolonge un des premiers cantiques de la Bible, celui de Moïse et celui de Myriam, sa sœur (Ex 15), après la traversée de la mer Rouge, qui célèbre la libération des Hébreux, asservis en Égypte. La libération des Hébreux d’Égypte, est le prototype de toutes les libérations ultérieures, c’est donc une référence.

Pour faire tomber « l’Egyptien », le stéréotype des hommes orgueilleux, puissants et riches qui oppriment les pauvres, Dieu va donc les pousser du côté où ils vont chuter comme pour le roi orgueilleux d'Israël, Achab (1 Rois 22.1-40). Dieu fait chuter les orgueilleux en les humiliant et leur faisant voir leurs pêchés. Dieu va donc frapper les Egyptiens progressivement pour leur faire comprendre de libérer les Hébreux, qui sont les stéréotypes des craignant-Dieux et serviteurs de Dieu. Plaies après plaies, Dieu humilie l’Egyptien. Le combat des chrétiens ne se trouve pas dans la volonté de puissance, car le Diable qui est le prince de ce monde sera toujours le plus puissant. Tel Jeanne d’Arc contre les Anglais en 1420, la France n'existe plus et son jeune roi est au bord du renoncement lorsqu'il rencontre Jeanne d'Arc. Jeanne est une fillette pieuse, illettrée et gaie, rien ne la distingue de ses compagnons de jeu. A l'âge de 13 ans, elle eut une apparition de Saint Michel sous l'apparence d'un chevalier, de Sainte Marguerite et de Sainte Catherine. L'archange et ses deux saintes lui ordonnent de conduire le dauphin à Reims pour le faire sacrer et de « bouter les Anglais hors de France ». La mission de Jeanne s'est couronnée d'un succès, en quelques mois, la victoire a changé de camp et les Anglais ont été humiliés.

Pour Sainte Thérèse de Lisieux, le ciel en tant que refuge n’a aucun attrait pour Thérèse s’il n’est pas l’endroit où elle pourra le mieux exercer sa mission de faire aimer Jésus. Elle voulait sur terre travailler au salut des âmes et travailler à la transformation du monde réel.  Pour regagner les cœurs et les esprits, il nous faudra proposer notre propre révolution spirituelle, notre propre projet politique qui fasse rêver à l’image du « Magnificat » de Marie :

« Mon âme exalte le Seigneur,

Exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

Il s’est penché sur son humble servante ;

Désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

Le Puissant fit pour moi des merveilles ;

Saint est son nom !

Son amour s’étend d’âge en âge

Sur ceux qui le craignent.

Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.

Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.

Il comble de biens les affamés,

Renvoie les riches les mains vides.

Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,

De la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race, à jamais.

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit,

Pour les siècles des siècles.

Amen. »

 

Par le « Magnificat » de Marie il nous faut lancer la Révolution pour la vérité et la justice. Il ne s’agit pas de le réciter mais de le vivre, de le recréer à son tour. Nous devons affronter l’enfer matérialiste comme Moïse par sa foi qui a eu le courage d’affronter le scandale de l’enfer concentrationnaire Egyptien. C’est grâce à ce courage qu’il a pu libérer son peuple et lui montrer que son Dieu est un Dieu Libérateur qui prend partie contre toute exploitation de l’homme par l’homme.

Pour être libéré, l’homme devra se prosterner en esprit devant le Dieu et être debout devant les hommes. C’est l’erreur tragique de Hegel d’avoir contribué à diffuser que la foi d’Abraham avait fait de lui un aliéné en en faisant un esclave de Dieu. Hegel en tant que membre de l’intelligentsia européenne de son temps et dont Karl Marx, ne concevait que Dieu comme un tyran, mais pourtant Dieu veut un homme debout, droit dans son âme et conscience (cœur, intelligence et volonté) qui sont parfaitement alignés. Quel que soit nos capacités, nous avons tous quelque chose à apporter à la mesure de nos moyens. L’homme debout n’est pas une personne parfaite, mais une personne qui reconnait son imperfection. La gloire de Dieu, c’est l’homme debout (Saint Irénée de Lyon – 130/202 – 2ème évêque de Lyon). Dieu invite l’homme à être lui-même, qu’il l’invite librement à être son partenaire. Si l’homme, n’est pas lui-même, il est genoux, déjà mort en quelque sorte écrasé par le poids de la matérialité et de l’orgueil déréglé. L’homme debout est vivant et est un anticonformiste car il est lui-même et est préservé des illusions liées aux problèmes d’orgueil. L'orgueil naît de l'envie et la jalousie du prochain, en effet personne n’est égal en ce monde. Pour éviter l'orgueil, il faut éviter de se comparer aux autres car les différences sont nos «croix » que nous donne Dieu pour notre progrès vers la sanctification. Il nous faut être vrai envers nous-mêmes, digne, pour que les mensonges orgueilleux n’est plus de prises sur nous et être debout.  Certes le retour à la réalité peut être un choc, car dans ce monde le paradis terrestre est impossible, il y aura toujours des maladies, des handicaps, des deuils, etc. Comme disait George Orwell « Dire la vérité, dans un univers mensonger est un  acte révolutionnaire ». Il ne faut pas avoir peur de déranger, plus l’homme se redresse, plus sa foi progresse et se perfectionne avec le temps. Avec son libre arbitre, donc  si l’Homme le souhaite, il peut se rapproche du Bien en apprenant de ses erreurs.

Par le « Magnificat », il ne s’agit pas seulement de se libérer de la pesanteur matérialiste, mais d’une libération qui, à travers notre propre responsabilité de chrétiens d’homme debout, de participer à l’image de Dieu à libérer les opprimés et les exploités de l'orgueil et de l'envie.

Tous debout pour préserver la dignité humaine, et  pour cela il faut mettre en commun nos compétences, nos talents et notre volonté pour être artisan de son propre progrès et développement. Il ne faut pas oublier que ceux qui font le mal ne sont que des révélateurs et ne sont pas les responsables de la décadence actuelle, mais se sont les chrétiens eux-mêmes qui ne s’investissent pas assez dans le monde. Ce combat est spirituel pour que tous puissent gagner la paix de l’âme, une Pâque de libération des hommes pour que Dieu puisse achever sa création et diviniser l’homme comme le dit Saint Irénée de Lyon : « Dieu est devenu homme afin que l'homme devienne Dieu ».

 

Source : « La petite voie avec Thérèse de Lisieux » de Gauthier Jacques

Source : « Le Magnificat ou la révolution de Dieu » de René Coste

Source: « Retour au paradis terrestre » Lutte enchantée, flûte finale

Source : « Les combattants de la « mort certaine ». Les sens du sacrifice à l’horizon de la Grande Guerre » de François Lagrange

Source : « Éclaircissement sur les sacrifices » de Joseph de Maistre

Source : « Magnificat, action de grâce de Marie » de Mgr René Laurentin

Tag(s) : #Vocation chrétienne
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :