Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lettre à l’Église de Sardes

 

À l’ange de l’Église qui est à Sardes, écris : Ainsi parle celui qui a les sept esprits de Dieu et les sept étoiles : Je connais ta conduite, je sais que ton nom est celui d’un vivant, mais tu es mort. Sois vigilant, raffermis ce qui te reste et qui allait mourir, car je n’ai pas trouvé que tes actes soient parfaits devant mon Dieu. Eh bien, rappelle-toi ce que tu as reçu et entendu, garde-le et convertis-toi. Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur et tu ne pourras savoir à quelle heure je viendrai te surprendre. À Sardes, pourtant, tu en as qui n’ont pas sali leurs vêtements ; habillés de blanc, ils marcheront avec moi, car ils en sont dignes. Ainsi, le vainqueur portera des vêtements blancs ; jamais je n’effacerai son nom du livre de la vie ; son nom, je le proclamerai devant mon Père et devant ses anges. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ce que l’Esprit dit aux Églises.

 

Jésus se présente en empereur, avec dans sa main droite une sphère représentée par les 7 étoiles et symbolisant son pouvoir universel sur les chrétiens.

Sardes était entourée de toutes parts de hautes falaises, on disait la citadelle imprenable pourtant il semblerait que la ville à été prise le manque de foi et la soumission  à l’Esprit du monde par l’effronterie, la jalousie, l’orgueil, la chair, l’oubli de la charité et l’ignorance goguenarde des mystères du salut. En effet Jésus commence par un grave reproche pour son Eglise « je sais que ton nom est celui d’un vivant, mais tu es mort. Sois vigilant… »

L’expression « un vivant » est tirée de la vision d'Ézéchiel (Ez 1 ; 1-14) où les « quatre vivants »  sont les quatre animaux ailés qui tirent le char de Dieu et par extension ils sont les quatre évangélistes.

L’Eglise se prétend toujours évangélique, mais la foi est morte d'apathie religieuse. Jésus y est toujours adoré, mais ce n'est qu'une pauvre façade cachant la mort spirituelle.

Jésus demande donc à l'Eglise de Sardes de se réveiller de son sommeil spirituel, d’être vigilant car elle n’a pas assez de sollicitude pour tes brebis.

Avec, les expressions « rappelle-toi », «  garde-le » et « convertis-toi », Jésus demande de méditer sur le devoir pastoral de l’Eglise. Mais il faut faire vite car le temps de la grâce est compté, et Jésus-Christ reviendra un jour comme un voleur, sans prévenir pour susciter des malheurs. Ce jour-là, il sera trop tard pour changer de vie, l’Eglise sera pillée et envahie par des nouveaux barbares ennemis du Christ.

Malgré la perte de foi, il restera quelques hommes qui n'ont pas souillé leurs vêtements et qui pourront se proclamer Catholique. Ils ont résisté aux tentations qui les guettaient et sont restés purs devant Dieu, leurs vêtements sont «blanchis dans le sang de l'Agneau» (Apocalypse 7:14). Jésus en récompense n'effacera point leur nom du livre de vie, livre dans lequel sont écrits les noms des citoyens des cieux (Exode 32:32.33; Psaume 69:29; Daniel 12:1; Luc 10:20; Philippiens 4:3; Hébreux 12:23), et auront ainsi accès à la Jérusalem Céleste. C'est la promesse que les chrétiens qui confessent fidèlement leur foi et se préservent du péché hériteront de la vie éternelle et le Christ lui- même veille sur leur salut. La confession de Jésus devant son Père et devant ses anges sera le plus grand honneur des saints dans le ciel faisant écho aux paroles qu'il prononça jadis devant ses disciples dans Matthieu 10:32 « Quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux».

 

Lettre à l’Église de Philadelphie

 

À l’ange de l’Église qui est à Philadelphie, écris : Ainsi parle le Saint, le Vrai, celui qui détient la clé de David, celui qui ouvre – et nul ne fermera –, celui qui ferme – et nul ne peut ouvrir. Je connais ta conduite ; voici que j’ai mis devant toi une porte ouverte que nul ne peut fermer, car, sans avoir beaucoup de puissance, tu as gardé ma parole et tu n’as pas renié mon nom. Voici que je vais te donner des gens de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et ne le sont pas : ils mentent. Voici ce que je leur ferai : ils viendront, ils se prosterneront à tes pieds ; alors ils connaîtront que moi, je t’ai aimé. Puisque tu as gardé mon appel à persévérer, moi aussi je te garderai de l’heure de l’épreuve qui va venir sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre. Je viens sans tarder : tiens fermement ce que tu as, pour que personne ne prenne ta couronne. Du vainqueur, je ferai une colonne au sanctuaire de mon Dieu ; il n’aura plus jamais à en sortir, et je graverai sur lui le nom de mon Dieu et le nom de la ville de mon Dieu, la Jérusalem nouvelle qui descend du ciel d’auprès de mon Dieu, ainsi que mon nom nouveau. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ce que l’Esprit dit aux Églises.

 

La ville avait été fondée par en 189 av. J.-C. par le roi Eumène II de Pergame et Philadelphie signifie «amour fraternel ». Elle fut la dernière ville d'Asie Mineure à se convertir à l'Islam.

Jésus se présente comme « Le Saint, le Vrai, celui qui détient la clé de David », qui est incarné sur terre par un Saint Pape qui est le roi spirituel des nations. L'Eglise a «peu de puissance», mais sa force est dans sa foi et grâce à «la clé de David», l’Eglise détient le monopole de la vérité sur le monde et balayant toutes les hérésies.

Jésus a mis devant son Eglise une porte ouverte que personne ne peut fermer montrant que personne ne peut empêcher la volonté divine de s’accomplir dans le ciel sur terre, mer et les enfers. Aucun hérétique ne pourra pervertir la parole de Dieu.

Quand Jésus dit « tu as gardé ma parole et tu n’as pas renié mon nom », il désigne la constance et la persévérance de ses serviteurs dans la foi et l’amour de Dieu. Le fait de n’avoir que pas beaucoup de puissance a préservé l’Eglise des richesses, honneurs et  voluptés qui pervertissent la foi.

Cette Eglise attirera à elle des nouveaux membres de la «synagogue de Satan», ce qui signifie au sens figuré qu’elle attirera à elle tous les hérétiques, schismatiques et autres errants de la foi.

Tous ceux qui sont hostiles à Jésus reconnaîtront que son Eglise est aimée de Dieu et ils viendront se soumettre à sa puissance spirituelle.

La Parole à laquelle l'Eglise s'attache fermement et fidèlement sera sa forteresse et son arme à l'heure de la tentation, la persécution de l’Antéchrist. Les visions suivantes décrivent les épreuves qui vont s'abattre sur le monde avec une intensité croissante avec les sept sceaux, les sept trompettes et les sept coupes de la colère divine. Dieu gardera son peuple pour le récompenser pour la persévérance pour la justice dont il a fait preuve jusqu'à présent. L'heure de la tentation va bientôt sonner. D'où l'exhortation adressée à l'Eglise pour qu'elle retienne fermement ce qu'elle a pour que personne ne lui prenne sa couronne montrant son hégémonie spirituelle sur le monde. Il s'agit de persévérer dans le combat et le témoignage. La couronne attend le chrétien fidèle, mais il ne l'obtiendra que s'il tient bon jusqu'au bout.

C'est encore une fois la promesse du salut. Le croyant fidèle qui porte sur son front le nom de Dieu et a sa place dans la nouvelle Jérusalem. Mais cette fois la récompense est encore plus grande, Jésus réserve pour celui qui résistera jusqu’au bout aux tentations de l’Antéchrist, une colonne dans le sanctuaire de Dieu gravée avec les noms de ce dernier, de la Jérusalem Céleste et du nouveau nom victorieux de Jésus tel Jacob qui a été appelé Israël « celui qui a lutté avec Dieu (Gn 32. 28) » après son combat face à l’ange. Ceux qui resteront ferme dans la foi jusqu’au bout tel des saints seront en compagnie de Dieu pour l’éternité dans le sanctuaire de son temple. Jésus conseille donc à son Eglise d’accomplir sa mission d’évangélisation avec vérité et foi quelque-soit les épreuves car cela rapporte des fruits comme la conversion des hérétiques et la compagnie éternelle de Dieu dans l’autre monde.

 

Lettre à l’Église de Laodicée

 

À l’ange de l’Église qui est à Laodicée, écris : Ainsi parle celui qui est l’Amen, le témoin fidèle et vrai, le principe de la création de Dieu : Je connais tes actions, je sais que tu n’es ni froid ni brûlant – mieux vaudrait que tu sois ou froid ou brûlant. Aussi, puisque tu es tiède – ni brûlant ni froid – je vais te vomir de ma bouche. Tu dis : « Je suis riche, je me suis enrichi, je ne manque de rien », et tu ne sais pas que tu es malheureux, pitoyable, pauvre, aveugle et nu ! Alors, je te le conseille : achète chez moi, pour t’enrichir, de l’or purifié au feu, des vêtements blancs pour te couvrir et ne pas laisser paraître la honte de ta nudité, un remède pour l’appliquer sur tes yeux afin que tu voies. Moi, tous ceux que j’aime, je leur montre leurs fautes, et je les corrige. Eh bien, sois fervent et convertis-toi. Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. Le vainqueur, je lui donnerai de siéger avec moi sur mon Trône, comme moi-même, après ma victoire, j’ai siégé avec mon Père sur son Trône. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ce que l’Esprit dit aux Églises.

 

Laodicée est le nom de l'épouse de son fondateur. La ville et était réputée pour son commerce, sa banque, sa manufacture de vêtements et son école de médecine. Elle possédait des sources d'eau chaude et des thermes. L'Eglise de Laodicée faisait face à un environnement matérialiste qui s’exprime par un « vomissement » de Dieu et ses représentants sont des arbres stériles ou des nuages sans eau.

Jésus se présente comme « celui qui est l’Amen, le témoin fidèle et vrai, le principe de la création de Dieu ».

«Amen»,  en l'hébreu veut dire « ainsi soit-il », « que cela soit vrai, se vérifie » mais aussi « en vérité » est une déclaration de foi et d'affirmation. Une fois de plus, le Christ s'introduit comme la vérité,  le témoin fidèle et vrai par qui Dieu s'est révélé et lui demeurant fidèle jusqu'à la mort, c’est pourquoi Saint Jean (Jn 14-6) dit « je suis le chemin, la vérité et la vie ».

L’Eglise est prisonnière d'un environnement où règne l'abondance et où on prise les biens de ce monde, vit dans la suffisance et une fausse sécurité et elle y est devenu tiède «  je sais que tu n’es ni froid ni brûlant ». L’Eglise n’a pas la crainte de Dieu, ni la ferveur de la charité l’éloignant de la justice et la vérité et sera vomie de la bouche de Jésus « je vais te vomir de ma bouche » c'est-à-dire rejetée au loin. L’Eglise ainsi rejetée sera foulée aux pieds par les ennemis du Christ et permettra donc que Satan soit délié et étende son pouvoir en tout lieu.

L'Eglise de Laodicée est riche et repue mais elle ne se rend pas compte à quel point elle malheureuse, pitoyable, pauvre, aveugle et nue. Son vice sera une coupable présomption de l’esprit fondée sur sa propre science à se justifier elle-même ses péchés.

Jésus aime son Eglise tient à ce qu’elle soit sauvée car elle est quand même malheureuse de son éloignement par rapport à ce dernier, c'est pourquoi il l'appelle à la repentance.

Jésus conseille à son Eglise d’acheter ce qu’aucun tyran ne saurait enlever comme la charité et la sagesse qui sont des qualités gagnées par l’alchimie divine de la souffrance « Alors, je te le conseille : achète chez moi, pour t’enrichir, de l’or purifié au feu » afin d’être enfin revêtue de vêtements blancs purifiés par le sang de l’Agneau et d’effacer ainsi sa honte. La charité et la sagesse sont le remède à appliquer sur les yeux afin que son Eglise voie et qu’elle puisse se repentir.

Jésus se tient à la porte de chacun et frappe. Jésus demande à entrer et il ne vient pas les mains vides mais, comme toujours, chargé de ses trésors spirituels. De plus, Jésus veut prendre son repas avec celui qui lui ouvre. C'est le symbole de la plénitude de la communion avec Jésus comme pendant la sainte scène. Jésus montre ainsi l’importance de l’Eucharistie pendant la messe qui est le remède spirituel des hommes et qu’il ne faut surtout jamais supprimer car l’Eglise serait foulée au pied par ses ennemis.

Le trône de Jésus à la droite du Père attend ceux qui remporteront la victoire « Je le ferai asseoir sur mon trône ». Voici ce qui est promis à ceux qui persévèrent, ou qui se repentent de leur infidélité ou de leur tiédeur et qui sont fidèles jusqu'à la mort.

Tag(s) : #Première Vision
Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :