Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un fleuve d’eau vive pour guérir les nations

 

Puis l’ange me montra l’eau de la vie : un fleuve resplendissant comme du cristal, qui jaillit du trône de Dieu et de l’Agneau. Au milieu de la place de la ville, entre les deux bras du fleuve, il y a un arbre de vie qui donne des fruits douze fois : chaque mois il produit son fruit ; et les feuilles de cet arbre sont un remède pour les nations. Toute malédiction aura disparu. Le trône de Dieu et de l’Agneau sera dans la ville, et les serviteurs de Dieu lui rendront un culte ; ils verront sa face, et son nom sera sur leur front. La nuit aura disparu, ils n’auront plus besoin de la lumière d’une lampe ni de la lumière du soleil, parce que le Seigneur Dieu les illuminera ; ils régneront pour les siècles des siècles.

 

 

Un fleuve d'eau de la vie sortait du trône de Dieu et de l'Agneau. L'eau qui sort du trône de Dieu et de l'Agneau symbolise le Saint-Esprit dont la Bible enseigne qu'il procède du Père et du Fils et cette eau lève la soif pour l’éternité comme dans Jean 4:13-14 « Jésus lui répondit: Quiconque boit de cette eau aura encore soif; mais celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif, et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle ».

Le fleuve d'eau de la vie est de source divine car elle sort du trône de Dieu et de l'Agneau est donc une préfiguration de la Sainte Trinité. Il y a une similitude entre le jardin d'Eden et la Jérusalem céleste avec la présence de l’arbre de vie mais cette fois-ci de façon spirituelle. Dans le jardin d'Eden, l'homme déchu n’avait plus accès à l’arbre de vie (Genèse 3:22-24). Le péché étant expié, la mort vaincue, le salut obtenu, les  croyants peuvent manger un fruit de l’arbre de vie par mois en signe d'abondance. L'Arbre de vie est également mentionné plusieurs fois dans le livre de l'Apocalypse, épilogue qui conclut la Bible (comme le livre de la Genèse est son prologue), en plusieurs passages, tels que : « Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Eglises ! À celui qui vaincra, je lui donnerai à manger de l'arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu » (Apocalypse 2 : 7) ; et : « Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d'avoir droit à l'arbre de la vie » (Apocalypse 22 : 14) ; enfin : « Si quelqu'un retranche des paroles de ce livre prophétique, Dieu lui retranchera sa part de l'arbre de la vie et de la cité sainte » (Apocalypse 22,19). L'Arbre de vie, par ailleurs, dans la tradition juive, est parfois rattaché à la menorah du temple de Jérusalem. Le christianisme a très tôt assimilé la croix du Christ avec l'Arbre de vie qui redonne la vie, cette fois éternelle, à l'humanité déchue, blessée par le Péché originel en la personne d'Adam et d'Ève. L’arbre de vie, la croix du Christ est entre les deux bras du fleuve, évoquant le mystère de l’incarnation quand le Fils revêtit notre humanité. Comme dans Ezéchiel 47:12 «Sur le torrent, sur les bords de chaque côté, croîtront toutes sortes d'arbres fruitiers. Leur feuillage ne se flétrira point, et leurs fruits n'auront point de fin, ils mûriront tous les mois, parce que les eaux sortiront du sanctuaire. Leurs fruits serviront de nourriture, et leurs feuilles de remède», l’arbre de vie est par ses fruits source de nourriture et, par ses feuilles, source de guérison des croyants. Sur la terre par l’Eucharistie représentée par les fruits et feuilles de l’arbre de vie, celui-ci apporte aux nations, la guérison spirituelle et la vie en abondance. La malédiction prononcée en Eden a été levée, il n'y en aura plus.

Comme déjà évoqué précédemment, la Jérusalem céleste, n’aura pas de temple, la sainte trinité sera visible au cœur de la cité «  les croyants verront sa face» et elle illuminera le jour et la nuit, comme prophétisé à Isaïe (60:18-20) et il n'y aura plus de nuit et les croyants n'auront plus besoin de lampe ni de lumière.

Le bonheur des croyants sera éternel, et les élus régneront pour « les siècles des siècles».

La nouvelle création remplace l'ancienne et cette fois-ci, il n'y aura plus de chute, les nations de la terre resteront gouvernées par l'homme, mais cette fois-ci gouvernées par l'homme en communion avec la Sainte trinité, et elles participeront à sa gloire. Ainsi s'accomplira la promesse faite par le Christ à l'Eglise de Laodicée : « Le vainqueur, je lui donnerai de siéger avec moi sur mon Trône, comme moi-même, après ma victoire, j’ai siégé avec mon Père sur son Trône.» (Apocalypse 3:21).

 

FINAL (22,6-21) Vérité de ce livre prophétique

 

Puis l’ange me dit : « Ces paroles sont dignes de foi et vraies: le Seigneur, le Dieu qui inspire les prophètes, a envoyé son ange pour montrer à ses serviteurs ce qui doit bientôt advenir. Voici que je viens sans tarder. Heureux celui qui garde les paroles de ce livre de prophétie. » C’est moi, Jean, qui entendais et voyais ces choses. Et après avoir entendu et vu, je me jetai aux pieds de l’ange qui me montrait cela, pour me prosterner devant lui. Il me dit : « Non, ne fais pas cela ! Je suis un serviteur comme toi, comme tes frères les prophètes et ceux qui gardent les paroles de ce livre. Prosterne-toi devant Dieu ! »

 

Le livre s'achève comme il a commencé, comme une lettre, un message urgent que Dieu adresse à son peuple  dont les paroles sont «certaines et véritables».

Le Seigneur revient bientôt et comme un voleur, voilà pourquoi il est important d’être toujours prêt et repenti tant qu'il en est temps. L'expression «les paroles de ce livre de prophétie » montre que Jean a agi en prophète en écrivant, sous l'inspiration de Dieu.

Jean récidive son erreur en tombant aux pieds de l'ange pour l'adorer comme précédemment dans le passage (Apocalypse 19:10), mais une fois de plus, ce dernier refusa l'offre qu'on lui faisait car un ange n’a pas droit à être adoré et il faut se prosterner uniquement devant Dieu.

 

Avertissements pour le temps présent

 

Puis il me dit : « Ne mets pas les scellés sur les paroles de ce livre de prophétie. Le temps est proche, en effet. Que celui qui fait le mal fasse encore le mal, et que l’homme sali se salisse encore ; que le juste pratique encore la justice, et que le saint se sanctifie encore. Voici que je viens sans tarder, et j’apporte avec moi le salaire que je vais donner à chacun selon ce qu’il a fait. Moi, je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. Heureux ceux qui lavent leurs vêtements : ils auront droit d’accès à l’arbre de la vie et, par les portes, ils entreront dans la ville. Dehors les chiens, les sorciers, les débauchés, les meurtriers, les idolâtres, et tous ceux qui aiment et pratiquent le mensonge ! Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange vous apporter ce témoignage au sujet des Églises. Moi, je suis le rejeton, le descendant de David, l’étoile resplendissante du matin. »

 

Dieu avait demandé au prophète Daniel de sceller son livre et de tenir secrètes ses paroles et qu’elles s’accomplissent uniquement à la fin des temps : Daniel 12:4 « Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles, et scelle le livre jusqu'au temps de la fin. »

Au contraire Dieu demande à Jean de ne pas mettre des scellés sur ce livre de prophétie et ce qui signifie que son accomplissement commence après sa publication. L’apocalypse représente donc l’histoire de l’Eglise depuis son origine jusqu’à la consommation des siècles.

C'est Jésus qui parle par l’intermédiaire de l'ange car il s'arroge les titres de Dieu, affirmant qu'il est le commencement et la fin de toutes choses, la source, la genèse, l'auteur de tout ce qui existe. Il faut faire pénitence et se soumettre à l’Eglise avec leurs vêtements lavés au sang de l’Agneau.

C'est une sévère mise en garde, les chiens, les sorciers, les débauchés, les meurtriers, les idolâtres, et tous ceux qui aiment et pratiquent le mensonge, n’auront plus accès à l’arbre de la vie ni à la Ville sainte. Dieu abandonne ceux qui le rejettent et sanctifie ceux qui veulent se rapprocher de lui.

Jésus se cite lui-même comme témoin des vérités contenues dans le livre de l’Apocalypse en nous disant que c’est lui le rejeton et le descendant de David et la lumière qui ne s’éclipsera jamais grâce à son Eglise.

 

Dialogue liturgique : Le désir de la venue de Jésus

 

L’Esprit et l’Épouse disent : « Viens ! » Celui qui entend, qu’il dise : « Viens ! » Celui qui a soif, qu’il vienne. Celui qui le désire, qu’il reçoive l’eau de la vie, gratuitement. Et moi, devant tout homme qui écoute les paroles de ce livre de prophétie, je l’atteste : si quelqu’un y fait des surcharges, Dieu le chargera des fléaux qui sont décrits dans ce livre ; et si quelqu’un enlève des paroles à ce livre de prophétie, Dieu lui enlèvera sa part : il n’aura plus accès à l’arbre de la vie ni à la Ville sainte, qui sont décrits dans ce livre. Et celui qui donne ce témoignage déclare : « Oui, je viens sans tarder. » – Amen ! Viens, Seigneur Jésus !

L’épouse de Jésus, l’Eglise est instruite par l'Esprit Saint, et nous invitent avec ce dernier en disant «Viens!». Ils invitent tout le monde, à la fois les bons qui écoutent et suivent l’Eglise mais aussi les méchants qui la persécutent à recevoir le baptême par le Saint Esprit (l’eau de la vie).

«  Si quelqu’un enlève des paroles à ce livre de prophétie », la mise en garde est extrêmement solennelle car modifier ou falsifier la Parole de Dieu est un crime et une hérésie. Moïse avait déjà brandi une menace analogue, quand il avait dit à Israël (Deutéronome 4:2).: «Vous n'ajouterez rien à ce que je vous prescris et vous n'en retrancherez rien, mais vous observerez les commandements de l'Eternel, votre Dieu, tels que je vous les prescris». Si quelqu’un modifie ou falsifie la parole de Dieu, il n’aura plus accès à la Jérusalem Céleste et à l’arbre de Vie.

« Oui, je viens sans tarder. » – Amen ! Viens, Seigneur Jésus !

Viens, Seigneur Jésus, que ton règne arrive rapidement comme il est demandé dans la prière du « Pater Noster : Notre Père, qui es aux cieux, que ton Nom soit sanctifié, que ton Règne vienne, que ta volonté soit faite, sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous  ont offensés, et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal. » 

Cette dernière parole humaine dans la bible est comme la réponse à la question de Dieu dans la Genèse: "Adam où es-tu?" (Gn 3, 9).Toute la Bible peut-être résumée avec ces deux phrases. 

Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous !

Avec la phrase « Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous ! », ce livre commence et finit comme une recommandation aux Eglises d’Asie et à tout le monde Chrétien.

Tag(s) : #Septième Vision
Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :