Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le jugement de la grande ville (17 – 19,10) Babylone, la prostituée

 

L’un des sept anges aux sept coupes vint me parler : « Viens, dit-il, je vais te montrer ce que sera la condamnation de la grande prostituée assise au bord des grandes eaux. Les rois de la terre se sont prostitués avec elle, et ceux qui habitent la terre se sont enivrés du vin de sa prostitution. » Il me transporta en esprit au désert. Et j’ai vu une femme assise sur une bête écarlate qui était couverte de noms blasphématoires et qui avait sept têtes et dix cornes. Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, toute parée d’or, de pierres précieuses et de perles ; elle avait dans la main une coupe d’or remplie d’abominations, avec les impuretés de sa prostitution. Il y avait sur son front un nom écrit, un mystère : « Babylone la Grande, la mère des prostitutions et des abominations de la terre. » Et j’ai vu la femme ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus. En la voyant, je fus saisi d’un grand étonnement.

 

Les prophètes d'Israël avaient pour habitude de comparer les villes à des femmes (Esaïe 37:22; 66:7-14; Ezéchiel 16). L'Eglise, la Jérusalem de Dieu, a été représentée sous les traits d'une femme (Apocalypse 12:1) et le sera encore (Apocalypse 19:7.8; 21:2.9). L'Anti-Eglise ressemble elle aussi à une femme, mais à une prostituée.

Les grandes eaux dans la vision les peuples sont les foules, les nations et les gens aux langues innombrables que la prostituée a attirés vers elle, qu'elle a souillés de ses impuretés et qu'elle subjugue par sa séduction. Les rois de ces nations, attirés par cette femme voluptueuse comme la mouche l'est par le fumier, ont forniqué avec elle, mais le «vin de sa débauche» a enivré «les habitants de la terre» en général. Par ses charmes elle a exercé une séduction universelle. Rares sont ceux qui y ont échappé.

Jean fut conduit en esprit au désert par l’ange de Dieu pour lui montrer le jugement de Babylone comme chez Osée 2 « Je la conduirai au désert et je parlerai à son cœur». Les textes bibliques sont pleins d'images et d'évocations  des déserts traversés, habités, lieux de craintes, de tentations, mais aussi de prière et de ressourcement. Abraham, Moïse, tous les grands prophètes de l'Ancien Testament sont des hommes du désert. Le désert transforme, mûrit, il peut être à la source d'un nouveau départ. Il peut aussi être propice à une rencontre où avec Dieu ou le diable.

Jean à vu une femme assise sur une bête écarlate qui était couverte de noms blasphématoires et qui avait sept têtes et dix cornes, la même bête que celle décrite dans Apocalypse 13:1.

L’esprit de la prostituée est celui de Lilith serait la première Femme d'Adam. Elle précède Ève et fut créée le 6ème jour de la création. D’un point de vue purement mythologique, Lilith fut sans aucun doute, la première Femme à se révolter contre le pouvoir et la domination de l’Homme. La tradition hébraïque nous indique que Lilith aurait été créée en même temps qu’Adam à partir du limon. Créée égale à Adam, elle fut par la suite détachée de lui par Dieu qui voulait en faire la compagne d’Adam. Mais Elle refusa la condition de Femme soumise que lui proposait Dieu et elle s’enfuit dans le néant. Puis elle alla s’unir à Samaël, le diable, pour espérer revenir se venger de l’humiliation que lui avait fait subir Dieu et Adam.

Lilith est la reine des succubes et des enfers. Elle est le symbole de la séduction, des plaisirs interdits et de la sorcellerie. De nombreux théologiens ont représenté Lilith comme une tentatrice à la sexualité débridée.

Elle refuse l'ordre préétabli par les Hommes et par ses Dieux et révèle nos pulsions les plus enfouies. Elle ose renverser l'ordre des choses. Elle est franche et n'hésite pas à subir le courroux de Dieu par son refus de la soumission. Dans son rôle de Femme rebelle, Elle fait peur aux Hommes qui toutefois ne peuvent s'empêcher de la désirer secrètement. Lilith, c’est aussi la déesse suméro-babylonienne appelée Inanna et Ishtar, déesse tutélaire de la sexualité, de la guerre et de la guérison.

La femme est une prostituée de luxe qui a manifestement «réussi en affaires», que ses clients ont richement récompensée. Le nom de la prostituée est inscrit sur son front et elle s'appelle Babylone. La prostituée est animée par l’esprit de Babylone et elle est ivre du sang des saints car, avec l’aide de ses amants, les rois de la terre, elle a versé beaucoup de sang innocent comme les deux témoins de Jésus qui ont défendu la vérité de l’enseignement de Dieu. La vision de la grande prostituée ivre du sang des saints et chevauchant une bête écarlate à 7 têtes et 10 cornes pleine de noms blasphématoires à impressionné et étonné Jean ».

 

Et l’ange me dit : « Pourquoi es-tu étonné ? Moi, je te dirai le mystère de la femme et de la Bête qui la porte, celle qui a les sept têtes et les dix cornes. La Bête que tu as vue, elle était, mais elle n’est plus ; elle va monter de l’abîme pour aller à sa perdition. Quant aux habitants de la terre dont le nom n’est pas inscrit dans le livre de la vie depuis la fondation du monde, ils seront étonnés au spectacle de la Bête qui était, qui n’est plus et qui va reparaître. Ici, il faut l’intelligence mais avec la sagesse. Les sept têtes sont sept collines sur lesquelles réside la femme ; elles sont aussi sept rois : cinq sont tombés, un est là maintenant, et l’autre n’est pas encore venu, mais quand il viendra, il ne devra rester que peu de temps. Et la Bête qui était et qui n’est plus, est elle-même un huitième roi, mais elle fait partie des sept ; elle va à sa perdition. Les dix cornes que tu as vues sont dix rois qui n’ont pas encore reçu la royauté, mais reçoivent le pouvoir royal avec la Bête pour une heure. Ceux-ci ont un même projet : donner leur puissance et leur pouvoir à la Bête. Ils feront la guerre à l’Agneau, et l’Agneau les vaincra car il est Seigneur des seigneurs et Roi des rois ; et les siens, les appelés, les élus, les fidèles, vaincront avec lui. » Puis il me dit : « Les eaux que tu as vues, là où la prostituée est assise, ce sont des peuples et des foules, des nations et des langues. Quant aux dix cornes que tu as vues, ainsi que la Bête, elles se prendront de haine pour la prostituée, elles la laisseront dépouillée et nue, elles mangeront ses chairs et la brûleront au feu. Car Dieu leur a mis au cœur de réaliser son projet, de réaliser ensemble un même projet : donner à la Bête leur royauté jusqu’à ce que s’accomplissent les paroles de Dieu. La femme que tu as vue, c’est la grande ville qui exerce la royauté sur les rois de la terre.

 

L’ange va raconter à Jean le mystère de la bête aux sept têtes et dix cornes. Nous avons déjà vu que les 7 têtes symbolisent les puissances mondiales hostiles au peuple de Dieu (Juifs puis chrétiens) sont, dans l’ordre : l’Egypte, l’Assyrie, Babylone, l’empire Médo-Perse, la Grèce et Rome et l’empire final messianique.

Cette bête qui monte de l’abîme échouera par rapport aux idéaux qu’elle a fait miroiter à toutes les nations. Son sort est déjà scellé : elle va à la perdition.

Les gens étonnés de voir le retour à la vie de la bête au spectacle de la Bête qui était, qui n’est plus et qui va reparaître, c'est-à-dire un empire mondial Romain païen après presque 1500 ans mais cette fois-ci porté par la puissance financière anglo-américaine ou occidentale. Ces gens étonnés sont ceux dont le nom n'a pas été inscrit dès la création du monde dans le livre de vie, c’est-à-dire les personnes qui choisissent de suivre les systèmes politiques opposés à la souveraineté de Dieu.

La Femme représente Lilith qui est la grande prêtresse de l’arbre des Qlipoth de la kabbale. Les Qlipoth sont une transgression par un excès de liberté et la liberté est une idolâtrie. La transgression est une partie essentielle du processus de libération. Les Qlipoth sont des forces destructrices et dissolvantes, ils sont décrits comme des démons et des fléaux de l'humanité nés dans le ventre du chaos. Les dix cornes qui sont ennemis de la Femme ressemblent aux dix Sephirot de l’arbre de la connaissance de la kabbale en opposition aux Qlipoth. Les sephirot représentent les états psychologiques ou les expériences rencontrées lors de l’ascension de l’arbre de la connaissance. Les sephirot correspondent aux dix nuances d’idées portés par chaque groupement de nations (10 cornes) comme pourrait-être le découpage mondial effectué par le rapport Club de Rome en 1974 « Stratégie pour demain », dont l'approche fut diversifiée et localisée selon dix grandes régions du monde ayant chacune une situation et des problématiques de développement différentes.

 

 

Les sept têtes sont sept collines sur lesquelles réside la femme, Babylone la grande. Au sens propre cette ville, la grande prostituée, ne peux pas être Rome du fait qu’elle est le siège de l’Eglise et les portes de l’enfer ne prévaudront jamais sur elle, ni Jérusalem qui est entourée de montagnes comme indiqué dans Psaume 125 (verset 2) : « Jérusalem a des montagnes pour ceinture ; ainsi l'Éternel entoure son peuple maintenant et pour toujours. », mais  serait plutôt Paris la nouvelle Rome païenne qui est à l’origine des révolutions américaines et françaises qui est la mère de toutes les révolutions athées du monde moderne comme toutes les révolutions communistes. Paris tout comme Rome ou encore d’autres villes sacrées de l’Antiquité était bâti sur 7 collines. À l'intérieur de sa limite actuelle que constitue le boulevard périphérique, plusieurs reliefs, composés de buttes gypseuses, forment de petites collines de part et d'autre de la Seine. On trouve ainsi le Mont-Souris, la montagne Sainte-Geneviève (ancien mont celte Leucoticius), la Butte-aux-Cailles, Mésnil-Montant, Belleville, Montmartre (ancien Mont Mercure) et la colline de Chaillot. De plus, c’est à Paris que fut bâtie la première grande tour du monde moderne, la tour Eiffel. Dans la lettre “Protestation des artistes contre la Tour Eiffel”, lettre publiée dans journal « Le Temps » du 14 février 1887, les signataires qui étaient tous des artistes connus et reconnus, qualifient la tour Eiffel de tour de Babel et elle est aujourd’hui encore le symbole de Paris.

Dans la vision que le roi Nabuchodonosor de Babylone a eue en rêve, la dernière puissance politique du temps de la fin correspond aux 10 orteils de la statue géante.

La description de Daniel montre des pouvoirs politiques hétérogènes unis entre eux par des alliances inefficaces. Dieu a mis à cœur à ses 10 royaumes de réaliser son propre projet en donnant leur royauté à la bête et se prendront de haine pour la Femme. Après la mise à mort de la femme par les 10 rois (cornes) pour donner leur pouvoir à la bête qui est elle-même un 8ème roi, celle-ci représente le pouvoir sur la terre qui devra subir la colère de l’Agneau et la destruction (Dan 2 :44). Cet empire composé de 10 royaumes aura vraisemblablement une politique socialo-communiste et pour capitale Jérusalem car il rejettera toujours Jésus. La religion mondiale de ces 10 rois pourrait-être le noachisme issue de la kabbale gnostique et qui est l’aboutissement de l’Islam. Aujourd’hui le monde se laisse envahir par l’Islam et ce dernier qui pourrait être chargé de punir l’Occident ou la grande prostituée à l’image de l’argile fragilisant les pieds du géant de la vision de Daniel. Lorsque l’Occident sera totalement infiltré par l’Islam, alors la 6ème tête de la bête tombera pour laisser place à l’empire final qui aura pour capitale Jérusalem et qui durera très peu de temps c'est-à-dire 42 mois. La 6ème tête de la bête pourrait être coupée suite à l'introduction des lois noachides dédiées aux profanes où toutes transgression de l'une des 7 lois sera punie de décapitation (« Maïmonides » Melakhim 9:14).

Tag(s) : #Sixième Vision
Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :